Créer un site gratuitement Close

Actu Paranormal page 1

cooltext1050126777.png

EXCLUSIVITE : Interview avec Victor Déguerande

Le 15 Octobre 2013, découvrez l'interview avec l'auteur Victor Déguerande sur son livre "Continuum, les archives du temps".

Les Dossiers #1 : PEURS NOCTURES

Boogey Man, Candy Man, Bloody Mary, Slender Man ... Et si ces monstres nocturnes qui nous terrorisent prenaient vie ! Revenons sur les légendes urbaines les plus populaires.

Les Dossiers #2 : La Fin du Monde, un jour, c'est sûr !

Découvrez les 9 scénarios catastrophes des scientifiques.

Les Dossiers #3 : L'étrange manuscrit de Voynich

Le mystère d'un manucrit écrit en une langue inconnue par un auteur inconnu.

Les Dossiers #4 : Astéroïde, comment éviter une collision ?

Nouvelle menace de collision pour 2040 : 3 solutions trouvées pour éviter le cataclysme

Les Dossiers #5 : Paris et ses mystères

Quelques légendes de la capitale renferment encore certains mystères.

Les Dossiers #6 : Stonehenge

Le mystère du cercle de pierres reste encore entier.

Les Dossiers #7 : Exoplanètes

Y-a t-il de la vie ailleurs dans l'espace ?

Les Dossiers #8 : Exorcismes & Possessions

Cela existe t-il réellement ?

titre-evil-dead.png

Sortie depuis le 1er Mai au cinéma, le dernier "EVIL DEAD" fait parler de lui. Scènes choquantes et sanglantes, moments stressants voir très engoissants; depuis combien de temps n'avait t'on pas vu un film d'horreur comme celui-ci au cinéma ! Peut-être depuis "Sinister" ou "Insidious" ? Non, pas à ce point là.

evil-dead-isps1.png

Pourquoi vous parlez de ce film alors ce n'est qu'une fiction hollywoordienne ?

Parce que tout simplement, les cas de possessions démoniaques existent réellement. Rappelez-vous de Anneliese Michel, cette femme catholique qui a été dit être possédée par des démons et qui a ensuite subie un exorcisme dont on peut découvrir des vidéos sur Youtube. Ou le cas d'exorcisme sur un garçon de 14 ans en 1949 dans le Maryland qui a inspiré le film d'horreur "l'Exorciste". Ainsi que récemment sortie, "Le Rite" avec Anthony Hopkins, qui nous explique que le Vatican nous cacherais de nombreux cas de possessions dans le monde ou "The Possession " de Sam Raimi, où une jeune fille se fait posséder par un esprit démoniaque emprisonné dans un artefact hébreux en bois.

Des faits troublants qui inspirent la création de films américains sur ce sujet pour préparer psychologiquement les gens à ce genre de situation ?

En tout cas, les phénomènes de possessions existent belles et bien, et de nombreux cas ont été raportés ces dernières années, loin d'être ceux de l'Exorciste ou d'EVIL DEAD. Cependant, nous n'avons pas réellement de preuves visuelles ou venant de la presse relatants de ce genre de situation. Que nous cacheraient-ils alors ?

 

Synopsis et détails

 
Interdit aux moins de 16 ans

Mia a déjà connu pas mal de galères dans sa vie, et elle est décidée à en finir une bonne fois pour toutes avec ses addictions. Pour réussir à se sevrer de tout, elle demande à son frère David, sa petite amie Natalie et deux amis d’enfance, Olivia et Eric, de l’accompagner dans la cabane familiale perdue au fond des bois. Dans la cabane isolée, les jeunes gens découvrent un étrange autel, et surtout un livre très ancien, dont Eric commet l’erreur de lire un passage à haute voix. Les plus épouvantables des forces vont se déchaîner sur eux…

the-apparition02.jpeg

 

"The Apparition", de Todd Lincoln, met l'accent sur un commum, prouver l'existence des esprits. Mais il s'avère que le monde des morts n'est pas un terrain de jeu quand on essaye d'expérimenter une théorie scientifique tendant à prouver que les manisfestations sont l'oeuvre de l'esprit humain. L'affiche du film nous dit : "Une fois qu'on y croire, on meurt".

Un groupe de jeunes étudiants expériment donc leur théorie sauf qu'un esprit va s'en prendre à eux de façon particulièrement violente. Un esprit vengeur, ressemblant étrangement à celui du film "The Grudge", va confronté les jeunes dans des expériences paranormales hors normes. Déranger certains esprits peut parfois devenir très dangereux. Rappellez-vous par exemple de la vidéo sur Youtube qui nous montre une fille se faire possédée pendant une séance de spiritisme ou celle du poltergeist qui s'attaque à un adolescent dans un village en Jamaïque où celui qui s'en prend à une famille aux Etats-Unis. Quand les esprits ne veulent pas de nous dans un endroit, ils savent se faire comprendre.

D'expérience, quand nous étions en reconnaissance de lieu avec l'équipe, une entité s'est manisfestée près d'une ancienne chaufferie où on a tous entendu des bruits de pas s'approchés de nous. Mais elle s'est remanisfestée plus tard de façon violente quand cette entité s'est attaquée directement à une personne qui nous accompagnée. Malheureusement, cette endroit ne sera jamais en reportage car le propriétaire ne veut pas qu'on enquête sur ce lieu et ne croit pas du tout au paranormal. Néanmoins, nous savons, grâce à un médium, que cette endroit servirait de passage, une sorte de porte en quelque sorte. Un pentagramme a été trouvé dessiné au sol dans une pièce...

Le monde des morts nous tous totalement inconnu. Nous, vous, savons que des choses qui sont, soit théoriques, soit expérimentés, soit prouvées. Néanmois, il n'existe aucune science en Paranormal, justement, la science n'explique pas le Paranormal, c'est pour celà que nous essayons de prouver le Paranormal avec la science.

S'aventurer dans des lieux "hantés", invoquer ou provoquer une entité, pratiquer une séance de spiritisme... peut s'averer très dangereux dans certaines circonsences. Soyez vigilants !

En tous cas, ce film nous tente d'expliquer que le monde du paranormal existe réellement et que provoquer les entités n'est pas un jeu et que cela peut devenir parfois très dangereux.

Synopsis et détails

 

Des étudiants mènent une expérience scientifique tendant à prouver que les manifestations paranormales sont l’œuvre de l'esprit humain. Leur théorie va être confirmée quand ils créent d'eux-mêmes un esprit particulièrement violent, qui va dès lors terroriser un jeune couple.

Bande annonce du film en VO

Un extrait du film.

Paralysie du sommeil,


entre rêves et réalités...

 

Imaginez que vous vous réveilliez, le corps bloqué, le souffle oppressé, la conscience inondée de perceptions étranges – dont celle d’une présence immatérielle à vos côtés. Plus courante qu’il n’y paraît, l’expérience a un nom: paralysie du sommeil. A quoi tient-elle ? Que faut-il en penser ? Que faire pour la dompter ?

fussli-john-henry-the-nightmare.jpg

John Henry Fuseli - Le Cauchemar

 

« J’étais étudiant, raconte David Hufford, professeur au Penn State College of Medecine (USA). Epuisé par un bachotage intense, je m’étais couché tôt. Une heure plus tard, je me réveille ; j’entends un bruit de porte et des pas étouffés. Bizarre : j’avais fermé à clé. J’essaye de bouger, de crier. Impossible. Je commence à paniquer. Soudain, je sens une forte pression sur ma poitrine, quelque chose enserrer mon cou. Je n’arrive plus à respirer, je me dis que je vais y passer ! Puis mes muscles finissent par réagir, je saute du lit et m’enfuis. »
L’histoire paraît abracadabrante. Elle concerne pourtant, au moins une fois dans leur vie, 30 à 40% des gens. « Rien ne me préparait à ce type d’expérience, commente David Hufford. J’étais jeune, en bonne santé, ne consommais aucune substance. Je n’étais pas non plus particulièrement croyant, m’apprêtant plutôt à devenir un bon matérialiste. »

Entre rêve et réalité


Déstabilisants, parfois source d’angoisse, ces épisodes, isolés ou récurrents, sont connus de la science sous le terme de « paralysies du sommeil ». Premier point important, le blocage de l’activité musculaire est parfaitement normal pendant le sommeil : il évite qu’on vive physiquement ses rêves.
Le trouble survient quand, par une sorte de mauvais timing, cette inhibition s’invite à un moment où la conscience n’est pas totalement endormie. Piégé entre sommeil et éveil, le cerveau perçoit un état qu’il n’est pas censé distinguer. « Ce processus biochimique est parfaitement compris, confirme David Hufford. Il explique l’impossibilité de bouger le corps, ainsi que la sensation de pression sur la poitrine et de manque d’oxygénation, liée au blocage involontaire des muscles respiratoires », sous l’effet de la panique.

Permet-il aussi d’expliquer les autres sensations ? Là-dessus, les scientifiques sont plus circonspects. « 80% des personnes ayant vécu une paralysie du sommeil témoignent de perceptions extraordinaires », rappelle David Hufford. Auditives, comme « des souffles, des voix, de la musique, des grincements ». Visuelles, via souvent la distinction d’une présence, sous la forme d’une ombre, d’un halo ou d’une masse sombre. « Certains disent la voir nettement, d’autres plutôt percevoir où elle est, où elle va, quelles sont ses intentions », précise David Hufford. D’autres impressions, encore, peuvent être évoquées : « J’ai vécu une dizaine de paralysies du sommeil lorsque j’étais étudiante, témoigne Patricia Serin, psychologue clinicienne. J’avais l’impression qu’une ombre s’approchait de moi jusqu’à me fixer puis m’attaquer. Parfois, en pleine agression, un bourdonnement m'enveloppait, je me sentais sortir de mon corps pour m'éloigner de cette violente intrusion. J’atterrissais une fois l’entité partie, avant de plonger d’épuisement dans un sommeil profond. »
Pour Allan Cheyne, professeur de psychologie à l’Université de Waterloo (Canada), qui a étudié plus de neuf mille cas, ces perceptions s’apparentent biologiquement aux rêves. « Cheyne explique que deux mécanismes cérébraux interdépendants gèrent notre sommeil, décrypte Patricia Serin. L’un nous permet de nous réveiller, l’autre de nous maintenir en état de rêve. Lorsqu'ils ne fonctionnent pas correctement, le premier n'inhibe plus le second, et l'on se réveille sans cesser de rêver. » Mis en alerte brusquement, inquiet de sentir le corps paralysé et la respiration oppressée, le cerveau nourrirait l’activité onirique d’images internes, représentatives de nos peurs.

Mais alors, comment se fait-il que les visions induites par les paralysies du sommeil convergent tellement ? Les rêves, eux, varient énormément d’un individu à l’autre !
Selon David Hufford, qui a étudié le sujet pendant trente ans, dans plus de douze pays, ces similitudes ne peuvent être le fruit d’une influence culturelle. « Les témoignages concordent partout dans le monde, à toutes les époques », rappelle-t-il. Au point que la paralysie du sommeil se retrouve dans les folklores d’Orient et d’Occident, sous forme d’une vieille sorcière en Amérique du Nord, d’un démon mâle ou femelle en Europe du Sud, d’une kanashibari au Japon, d’un djinn au Maroc, d’un elfe en Europe du Nord… « Aujourd’hui, ces légendes sont aux oubliettes, mais des gens continuent de vivre ce type d’expérience. Elles ne sont donc pas le fruit de croyances. »
Ni de troubles neurologiques. Car si certaines prédispositions favoriseraient le déclenchement de la paralysie du sommeil, « aucun processus physiologique connu n’est capable de produire des contenus hallucinatoires aussi complexes ».

Autre hic : l’expérience est bien réelle. Tous ceux qui la vivent disent s’être sentis aussi lucides qu’en état de veille. Et tous s’en souviennent parfaitement le lendemain – ce qui n’est pas le cas des rêves.
« Les travaux de l’anthropologue Michael Winkelman suggèrent que les humains sont câblés pour voir des esprits, indique Ryan Hurd, auteur d’un guide sur la paralysie du sommeil. Nul ne sait s’ils sont des représentations mentales, symboliques, fomentées par notre inconscient pour nous passer un message, ou s’ils ont une existence propre, extérieure à nous. Mais le vécu, lui, est authentique. »
Alors de quoi s’agit-il ? « Etat modifié de conscience », répond David Hufford, comme ceux qu’on atteint parfois volontairement par l’hypnose, la transe, les psychotropes ou la méditation intense. « On ne dispose pas d’une cartographie précise de ces états, mais on sait qu’ils existent. » Dans ces moments, le cerveau serait capable de capter d‘autres champs vibratoires et de percevoir d’autres dimensions du monde, différentes à la fois de l’univers du rêve et de la réalité matérielle ordinaire.

Moteur de ce processus : une certaine sensibilité. Innée chez certains, elle peut émerger chez d’autres dans ces moments où la vie nous submerge, où une brèche se crée dans nos systèmes de défense habituels : suractivité physique ou intellectuelle, horaires chaotiques, retard de sommeil, anxiété, mort d’un proche, naissance d’un enfant, passage à l’âge adulte, crise de la cinquantaine, problème professionnel, difficultés socio-économiques, changement d’environnement… « J’ai remarqué que ça m’arrivait surtout lorsque j’étais stressée ou fatiguée », note ainsi Leila, victime de paralysies de sommeil depuis trois ans.
Jusqu’à révéler, parfois, des malaises plus profonds. « Les troubles post-traumatiques peuvent promouvoir la paralysie du sommeil », indique le psychiatre Devon Hinton dans un article de Sciences News – par exemple chez les victimes d’abus sexuels ou les rescapés d’actes violents. « En plongeant dans l'inconscient, la psychanalyse peut proposer des explications à des paralysies du sommeil régulières, telles qu’un refoulement, un déni, une phobie, une tendance à l’hystérie, la paranoïa ou la dépression », ajoute Patricia Serin.

Voie de transformation


Si ça vous arrive, pas de panique. « Vous n’êtes ni fous, ni maudits ! rassure Hufford. Par méconnaissance, beaucoup de psychiatres, devant de tels symptômes, concluent à un épisode psychotique. Savoir que la paralysie du sommeil est courante, qu’elle peut arriver à n’importe qui, l’inscrit dans une normalité. »
Qu’on soit convaincu d’être harcelé par des esprits ou qu’on jette sur l’expérience un regard très rationnel, l’important est d’abord de retrouver confiance dans sa capacité à surmonter le trouble. Puis d’envisager la paralysie du sommeil comme la manifestation d’un déséquilibre, une invitation (certes musclée) à l’identifier et tenter de le résoudre. « Le poète Robert Bly décrit ces ombres comme tout ce qu’on évite de regarder en face, tels un trait de caractère, une histoire personnelle ou collective, une situation difficile, commente Ryan Hurd. Ces visions ne s’invitent pas dans nos nuits pour nous faire peur, mais pour être entendues. »
Jusqu’à en faire, pourquoi pas, une opportunité de transformation personnelle. « Les paralysies du sommeil sont perturbantes mais pas dangereuses, témoigne Jean-Christophe Terrillon, professeur au Japan Advanced Institute of Science and Technology. A moins d’être cardiaque au point de succomber à la panique, elles sont sans conséquence physiologique. Explorer la peur qu’elles suscitent conduit à un changement psychologique radical, d’un état défensif à une attitude courageuse d’observation et d’apprentissage. » Ce que Patricia Serin appelle « une voie d'accomplissement de soi », dont il faut « apprendre à utiliser les ressources pour se transcender ».

OK, mais comment ? « Sur le moment, le premier réflexe, qu’on soit religieux ou non, est souvent de prier », observe David Hufford. Sous une forme ou une autre, concentrer son esprit sur des choses positives et rassurantes semble assurément une première clé. Dieu, le Dalai Lama, votre mère, votre copain, peu importe ! « Vous pouvez aussi imaginer un cercle d’amour tout autour de vous, propose Ryan Hurd. Ça semble ridicule, mais ça marche. »
Le plus important : se calmer. « Qu'on pense rêver ou être éveillé, il s'agit d'admettre qu'on vit une paralysie du sommeil, qu'on va s'en sortir, recommande Patricia Serin. La peur active dans notre cerveau deux types de réaction : se battre ou fuir. Impossible dans une paralysie du sommeil, puisque le corps est bloqué ! On passe alors en mode terreur. » Pour l’évacuer, il faut « reprendre aussi tranquillement que possible la maîtrise de sa respiration, en l'amplifiant et en la ralentissant », visualiser une partie précise de son corps – comme le bout de ses doigts ou de ses orteils – puis essayer de les faire bouger.
Et, si l’on estime être attaqué par une entité, « s'affirmer face à l’intrus, en exigeant qu'il parte et ne nous dérange plus », préconise Patricia Serin. « Dans cette expérience, nous ne sommes pas des victimes passives, estime aussi Ryan Hurd. Le corps est bloqué, mais le reste est modelé par nos peurs et nos pensées. Si le visiteur se fait insistant, demandez-lui ce qu’il veut, comment vous pouvez l’aider. Face à cette présence, soyez curieux, ouvert mais ferme. Si vous êtes dans l’acceptation et la confiance, l’expérience se métamorphosera. La nature reflète le visage que l’on tourne vers elle. »

Une fois la crise passée, pour éviter qu’elle recommence dans la foulée, David Hufford conseille d’allumer la lumière, « se lever, boire un verre d’eau », voire faire quelques exercices avant d’aller se recoucher, « mais pas sur le dos ! Les trois-quarts des paralysies du sommeil surviennent quand on dort dans cette position ».
Patricia Serin, elle, recommande de noter sur un carnet les détails de l’expérience, les émotions ressenties, le contenu de la journée précédente, afin de mieux l’apprivoiser. « Seul ou avec un psy, on peut ensuite associer avec d'autres vécus, des souvenirs, des traumatismes. Le fait de pouvoir en parler représente déjà un grand soutien. »
Au-delà, pour tous les spécialistes, les paralysies du sommeil régulières doivent inviter à repenser son mode de vie. Exit les drogues, l’alcool et les excitants. Exit les pics de stress, les nuits trop courtes, les retards de sommeil accumulés. Exit les activités stimulantes avant d’aller se coucher. Au programme : régime alimentaire équilibré, chambre paisible et fraîche, volets formés (la lumière favorise le phénomène), soirées calmes, activités permettant de se poser, de se reconnecter à son intériorité, d’exprimer sa créativité…

Certains affirment même devenir suffisamment sereins et ancrés face à l’expérience pour en faire un tremplin vers d’autres dimensions. « Leur terreur initiale se transforme progressivement en excitation ou en ravissement », confirme Allan Cheyne, notamment lorsque la paralysie du sommeil ouvre vers un rêve lucide ou une sortie hors du corps (maîtrisée)…
Autant d’états modifiés de conscience qui « questionnent deux siècles de postulats sur le nature non-empirique et non-rationnelle de la spiritualité », conclut David Hufford.

Source : INREES

Et si la physique quantique expliquait les expériences de mort imminente ?

cerveau-2.jpg

Des scientifiques estiment que les expériences de mort imminente surviennent lorsque l'âme, formée par des substances quantiques, s'échappe du système nerveux pour entrer dans l'univers.

Les expériences de mort imminente passionnent les scientifiques comme le reste de la population. Il y a encore trois semaines, l'histoire d'Eben Alexander, ce grand neurochirurgien qui racontait son expérience de vie après la mort dans le livre Proof of Heaven ("Preuve du paradis") faisait la Une de nombreux journaux. Mais une question demeure : comment et quand est-ce qu'arrive ces expériences de mort imminente ? Selon deux scientifiques éminents, le Dr Stuart Hameroff et le physicien Roger Penrose, une expérience de mort imminente arrive lorsque les substances quantiques qui forment l'âme quittent le système nerveux pour se rendre dans l'univers. Cette théorie se rapproche donc de l'hypothèse de l'esprit quantique, qui suggère notamment que des phénomènes quantiques, comme l'intrication et la superposition d'états, sont impliquées dans le fonctionnement du cerveau, et surtout dans l'émergence de la conscience. L'essence de nos âmes seraient donc contenus dans une structure appelée microtubules.

Selon les deux experts, la conscience serait donc une sorte de programme pour un ordinateur quantique contenu dans le cerveau et qui persisterait dans l'univers après la mort d'une personne, expliquant donc les perceptions, les impressions des hommes et femmes qui vivent des expériences de mort imminente. Les âmes des êtres humains seraient plus que la simple interaction des neurones dans le cerveau : elles seraient issus de la fabrication même de l'univers et existeraient depuis le commencement des temps.

Stuart Hameroff expliquait ainsi dans un documentaire : "Disons que le cœur cesse de battre, le sang s'arrête de circuler, les microtubules perdent leur état quantique. L'information quantique dans les microtubules n'est toutefois pas détruite, elle ne peut pas être détruite, elle est juste redistribuée et se dissipe dans l'univers. Si le patient est 'ressuscité', qu'il revient à la vie, l'information quantique peut revenir dans les microtubules et le patient d'expliquer qu'il a eu une expérience de mort imminente. Mais si le patient n'est pas réanimé et meurt, il se peut alors que l'information quantique s'échappe du corps, peut-être indéfiniment, en tant qu'âme.

Si de nombreux scientifiques critiquent cette théorie, le Dr Hameroff estime que les recherches menées en physique quantique, qui montrent notamment que les effets quantiques jouent un rôle dans de nombreux processus biologiques comme l'odorat, la navigation des oiseaux ou la photosynthèse, commencent à valider sa théorie.

Source : Atlantico

 

Les Dossiers #1

Peurs Noctures

Boogey Man, Candy Man, Bloody Mary, Slender Man ...

Et si ces monstres nocturnes qui nous terrorisent prenaient vie !

boogey-man-isps-1-2.jpgImage réalisée par le ISPS.

 Revenons sur les légendes urbaines les plus populaires.

 

En cours de rédaction.

NOUVELLE ACTUALITE

L’ADN de l’extraterrestre humanoïde d’Atacama a été analysé !

ata-taille.png

Paru le 10/05/13

« Sirius » est un curieux « documentaire » sur les ovnis et les extraterrestres. Depuis sa sortie, le 22 avril, aux Etats-Unis, il provoque une avalanche de rumeurs sur la Toile. Au cœur des spéculations : la nature d’un squelette momifié de 15 centimètres au crâne ovoïde et d’allure... extraterrestre. A-t-on découvert le cadavre d’un petit homme vert ? D’un être hybride, mi-homme mi autre chose ?

Le film, réalisé à l’initiative de Steven Greer, théoricien de la conspiration et leader du mouvement ufologiste aux Etats-Unis, laisse planer le doute sur l’origine de la créature, appelée Ata depuis sa découverte en 2003 dans le désert de l’Atacama au Chili.

« Il ne s’agit pas d’un singe »

« Sirius » avance l’idée que « le spécimen n’est clairement pas fœtal » et qu’on peut dire « avec certitude absolue qu’il ne s’agit pas d’un singe ».

Derrière ces propos, se trouve le professeur Garry Nolan, directeur du département des cellules souches à l’école de médecine de la très réputée université de Stanford en Californie, qui a participé au documentaire et procédé à l’étude génétique du spécimen.

Bande-annonce (en anglais) de « Sirius »

Tandis que plusieurs médias continuent à reprendre les thèses du documentaire, cet expert en maladies auto-immunes, interrogé par Rue89, avoue s’être un peu trop emballé :

« Les producteurs m’ont demandé d’essayer de prouver qu’il s’agissait d’un extraterrestre. Et je leur ai promis de rester ouvert à un maximum d’hypothèses. Au moment du tournage, je ne pouvais pas prouver qu’il s’agissait d’un humain. »

« Je me suis trompé »

Depuis, il a réexaminé les données. « La séquence ADN mesure 3 milliards de paires de bases azotées. On peut donc faire des erreurs », admet-il.

« La probabilité qu’il s’agisse d’un extraterrestre est tombée à zéro. C’est clair qu’il s’agit d’un être humain. Mais il y a trois semaines, je n’en étais pas encore sûr. »

Dans le film, Garry Nolan invoque une étude ostéologique menée par son collègue Ralph Lachman pour nous apprendre qu’Ata « a vécu jusqu’à l’âge de 6 ou 8 ans » et que « de toute évidence, il a respiré et mangé ». Aujourd’hui, il n’en est plus aussi sûr : « Je me suis trompé. »

Les humains ont douze côtes. Ce squelette n’en a que dix. Jusqu’à présent, on n’a pas identifié la liste de mutations ou syndromes susceptibles d’expliquer le développement anormal de ce corps momifié.

« J’ai eu sept cancers »

Si, dans le film, Garry Nolan assurait qu’il ne s’agissait pas d’un fœtus, il n’écarte plus cette hypothèse :

« Ça pourrait l’être, nous ne sommes plus sûrs. »

Ce débat pourrait être tranché en étudiant l’hémoglobine (protéine qui transporte l’oxygène dans le sang) contenue dans les prélèvements effectués sur le squelette (la nature de l’hémoglobine change quand un bébé commence à respirer). Mais Garry Nolan a « eu l’idée d’utiliser cette méthode la semaine dernière seulement ».

Avec le recul, Garry Nolan estime que si on lui avait confié l’échantillon en lui disant qu’il s’agissait d’un enfant humain, il l’aurait « confirmé tout de suite ». Mais il était persuadé qu’Ata était un ET.

Si Garry Nolan a commis tant d’erreurs, c’est parce qu’il croit très fort aux ovnis et qu’il voudrait que la communauté scientifique « sorte du consensus » :

« J’ai eu sept cancers. Quand on est soumis à ce genre d’expérience, que l’on risque aussi souvent de mourir, on commence à voir la vie différemment. Pourquoi est-ce que ce serait une erreur de se poser des questions sur la vie au-delà de la Terre ? Pourquoi avoir peur ? »


Source : Rue89

Notre parution du lundi 06/05/13

Ce que vous voyez ci-dessus existe réellement. Il surnommé Ata, l’humanoïde d’Atacama. Il a tout de l’extraterrestre de SF : il a un grand et gros crâne surmonté d’une crête, des membres longs et fins et il ne mesure que… 15 cm ! Il a été découvert en 19 octobre 2003 dans le désert d’Atacama au Chili par Oscar Munoz. Et son ADN vient d’être analysé. Et voici ce qu’il en est ressorti :

Tout est parti d’un projet Kickstarter, où un scientifique et réalisateur,  le Dr Steven Greer, souhaitait produire un documentaire révélant la vérité sur la présence ou non d’extraterrestre. Intitulé "Sirius", ce documentaire a pour point d’orgue l’analyse ADN d’Ata, le squelette le plus troublant jamais découvert sur Terre.

L’ADN d’Ata a été analysé par des chercheurs de l’Université de Stanford en Californie. Et leurs résultats sont formels. Ata n’est pas un extraterrestre. Il est humain. Son ADN est composé de 23 chromosomes et ils ont toutes les spécificités normales de l’homme. Son ADN est plus proche de nous que de celui des chimpanzés. Et les chercheurs vont plus loin, Ata est de sexe masculin, et il avait pour mère une indigène du Chili.

Contrairement à ce qui avait été dit, Ata n’est pas un fœtus fossilisé. Le désert d'Atacama est le plus sec du monde, il est chargé d'une quantité importante de sel et cela a permis la momification puis la conservation du corps. Et c’est là que ça devient dingue : quand il est mort, Ata devait avoir entre 6 et 9 ans ! Pour les chercheurs, Ata est né, a respiré, a mangé et s’est développé. Ça ne fait aucun doute. Plus intrigant encore, si Ata mesure 15 cm après 6 ans de vie, quelle taille faisait-il à la naissance ?

o-atacamahumanoidxray-570.jpg

Les recherches doivent être approfondies pour tenter de comprendre quel type de mutation a subi Ata. Il va falloir encore attendre plusieurs mois avant de pouvoir réellement lever le mystère sur l’humanoïde d’Atacama. En attendant, vous pouvez regarder le film-documentaire "Sirius" ci-dessous. Il relate les travaux du Dr. Steven GREER durant 22 années de travail, de recherches, de découvertes et  de voyages sur les OVNI et l’énergie libre, apportant la preuve de la connaissance du phénomène depuis des dizaines d’années par une petite minorité de gens, exploitants ses technologies depuis 60 ans.

+ d'infos : Ata (Humanoïde) sur Wikipédia

Source : GIZMODO

Mouvement perpétuel : la surprenante machine de Reidar Finsrud

finsru5.jpg

La sculture de la machine à mouvement perpétuelle du norvégien Reidar Finsrud, visible dans sa galerie près de Oslo, est une très belle machine de 155kg, 1,50m de haut qui fonctionne « toute seule » sans apport d’énergie, à partir d’aimants. Son inventeur a passé plus de 10 ans à la mettre au point. 15 minutes pour la mettre en route….. D’un point de vue scientifique, cette machine ne peut pas existé !

Reidar Finsrud de Skaarer en Norvège n’a pas de formation en physique ou mécanique, il est artiste peintre et sculpteur. Durant une douzaine d’années, il a passé beaucoup de temps à cette ‘’sculpture mobile’’ en s’amusant avec des aimants. La 2ème chaine de télévision norvégienne a réalisé une vidéo sur sa machine, exposée sous protection vitrée dans la galerie de Finsrud. De nombreux visiteurs ont pu voir fonctionner la machine, dont Albert Hauser, (Aalevej 41 DK-7160 Torring, Denmark) en 1994 et Frode Olsen. Elle fonctionnait pendant quatorze jours d’affilée puis s’arrêtait (mais M. Hauser ne s’est jamais trouvé de la voir arrêtée).

La machine est constituée d’une boule d’acier de 6,85 cm pesant 860g qui roule sur une piste horizontale d’aluminium de 63 cm de diamètre. Trois balanciers d’environ 114 cm de long munis de poids réglables à leurs extrémités inférieures contrôlent trois aimants en fer à cheval devant lesquels passe la boule d’acier. Un système mécanique constitué d’un fil d’acier replié en triangle de 12, 7 cm de long contrôle le rythme. La boule roule dessus et pousse le fil vers le bas à travers une entaille pratiquée dans la piste, l’aimant qui agit en attraction monte. L’inertie déplace la boule dans le champ d’attraction de l’aimant voisin. La balle d’acier ne s’est pas arrêtée pendant des mois… Cela règle le mouvement des balanciers. Trois de ces modules permettent à la boule de se déplacer sans arrêt autour de la piste en aluminium. Chacun des trois aimants en fer à cheval est monté sur un levier sur chaque balancier. Trois aimants plus petits reliés aussi aux balanciers sont placés un petit peu plus bas que les aimants en fer à cheval. Ils bougent à peine ou ne bougent pas du tout quand la boule passe. Letimingest calculé de telle sorte que les aimants en fer à cheval se soulèvent vers la boule juste avant qu’elle ne les atteigne puis la poussent dans sa révolution de 4,2 secondes autour de la piste. L’appareil produit 0,013 watts, et a la note de 6 sur 10 par I.N.E.

Cette machine est bel et bien un « mouvement perpétuel » mécanique. Ici encore, le magnétisme semble la seule solution apte à apporter le complément d’énergie nécessaire au système pour être surunitaire. Sinon, les frottements auraient rapidement raison du mouvement de la balle d’acier.

Ce mouvement perpétuel est visible à la Galerie Finsrud, Osloveien 272, 1440 Drobak – Norvège.

Vidéo de la machine

Source : Néotrouve

La "Zombie Apocalypse" aura-t-elle lieu ?

zombies-isps-2.jpg

Image réalisée par le ISPS.

Depuis quelques années, des fans sont convaincus que les morts-vivants s'apprêtent à envahir le monde. Pour eux, l'agression de Miami en 2012 signe le début de l'invasion.

L’invasion a déjà commencé. Tous à commencé le 26 mai 2012 à Miami, où un homme a été retrouvé nu, dévorant le visage de sa victime. Lorsque des passants ont tenté de s’interposer, la créature se serait contentée de se retourner et de pousser des grognements.

Puis, un autre foyer a été signalé au Texas, où une mère est accusée d’avoir tué son bébé avant de manger son cerveau. L’épidémie s’est ensuite propagée au Maryland, où un étudiant a avoué avoir tué un homme afin de lui dévorer le cœur et une partie du cerveau.

Enfin, dans le New Jersey, un homme a été maîtrisé par la police, après s’être poignardé une cinquantaine de fois et avoir lancé ses propres intestins au visage des agents. Selon certains témoins, il avait un comportement et une démarche étranges, semblables à ceux d’un zombie. Depuis l'affaire de Miami, les cas de morts-vivants affluent.

Des maisons forteresse et des tentes en kevlar

Pour certains, il n’y a plus de doute : ces horribles faits-divers sont bien le signe qu’a débuté la "Zombie Apocalypse", une fin du monde dans laquelle l’humanité serait peu à peu transformée en une horde de morts-vivants. "Même si cela peut paraître incroyable, des gens sont réellement dans l’attente d’une invasion", confirme Raphaël Colson, co-auteur de "Zombies" (2009, Les moutons électriques), un essai sur les morts-vivants justement, en cours de réédition.

Il y a même des sites spécialisés qui répertorient tous les cas suspects de 'zombification' et il existe des sociétés qui proposent, pour se protéger, des armes, de véritables maisons forteresses ou encore des tentes en kevlar !"

Le phénomène ne touche pas que quelques illuminés. Depuis quelques années, le terme "zombie" est l’un des plus recherchés sur Google et discutés sur Twitter et Facebook. Et le sujet a fait la une de la plupart des médias américains. "Newsweek" et le site "The Daily Beast" se sont ainsi associés pour créer une "Google Map" recensant les signes annonciateurs.

Cette "zombiemania" n’est pourtant pas récente. Cela fait de nombreuses années qu’elle fleurie sur internet. Au départ, il s’agissait principalement de sites et de forums tenus par des passionnés de films d’horreur, généralement capables de distinguer la réalité de la fiction. Régulièrement, ces amateurs d’hémoglobine se retrouvent pour des "Zombie Walks", des manifestations où les participants défilent déguisés en zombies.

On trouve également sur le web pléthore de sites proposant des tee-shirts, mugs, déguisements… Et même des nains de jardin à l’effigie des morts-vivants. Pour ceux qui voudraient se faire des suées froides, un jeu vidéo permet de se lancer dans une véritable chasse aux zombies en réalité augmentée grâce à son téléphone portable. Un autre, utilisant les fonctionnalités de Google Map, vous met dans la peau d’un survivant devant échapper à une horde de monstres, dans les rues votre propre ville.

Le mythe du zombie infecté

Mais, à côté de cette approche festive du zombie, certains ont commencé à étudier la crédibilité d’un scénario repris par de nombreux films et jeux vidéos : l’existence d’un virus transformant les êtres humains en morts-vivants mangeurs de chaire humaine. Au fil des années, cette hypothèse d'une épidémie de zombification s'est nourrie de faits-divers et d’études scientifiques. En 2010, une scientifique américaine a ainsi imaginé dans quelles conditions pouvait être créé un "virus zombie". Et en 2011, des chercheurs ont découvert un nouveau champignon capable de prendre le contrôle d’insectes…

Le scénario est même devenu, pour certains scientifiques, une véritable hypothèse de travail. En 2009, des chercheurs des universités de Carlton et d’Ottawa ont modélisé les conséquences d’une invasion. En avril 2012, des juristes de l’Arizona ont, eux, étudié les effets d’une "Zombie Apocalypse" sur les taxes collectées par l’Etat. L’université de Glasgow a, elle, ouvert un programme baptisé "Institut d’études théorique sur les zombies".

Une mode sur laquelle le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) des Etats-Unis n’a pas hésité à surfer. Au mois de mai 2011, cet organisme fédéral a en effet déclenché une polémique en mettant en ligne un véritable guide de préparation à la "Zombie Apocalypse". Il s’agissait en réalité d’une opération de communication destinée à sensibiliser l’opinion publique sur la prévention des maladies. Mais face aux réactions de certains internautes, le CDC a retiré son guide au bout de quelques jours. Il a depuis refait son apparition, précédé d’un message d’explications.

Une drogue qui transforme en zombie ?

A l’occasion de la récente vague d’attaques de zombies, le CDC s’est de nouveau fait remarquer en démentant l’existence d’un virus transforment ses victimes en zombies. Mais finalement, ce démenti n’a peut-être fait qu’aggraver les choses. Pour certains internautes, enfermés dans une théorie du complot, le fait que les autorités fédérales aient pris le soin de communiquer sur l’affaire de Miami est en soi la preuve qu’il y a bien un problème.

D’autant plus que l’horrible agression de Miami a offert un nouveau scénario potentiel pour une invasion : la zombification par une drogue. En effet, l’homme abattu après avoir dévoré le visage d’un SDF avait consommé du "Cloud Nine", une drogue appartenant à la catégorie des "sels de bains". Tirées d’engrais ou de sels de bains achetables en toute légalité, ces nouvelles drogues pourraient provoquer des délires poussant son consommateur au cannibalisme.

Témoin de l’hystérie ambiante, un internaute de Miami a récemment déclenché un véritable scandale : Vitaly Zdorovetsky s’est amusé à se déguiser en zombie et à poursuivre, provoquant la colère des habitants, et manquant de peu de se faire tirer dessus. La vidéo, mise en ligne sur YouTube le 2 juin, a déjà été vue plus de 7 millions de fois.

"Au cas où, on est prêts..."

En France, les fans de zombies gardent pour l’instant la tête froide. Le phénomène n’a pas encore pris la même ampleur qu’aux Etats-Unis mais commence grâce à la série "The Walking Dead". Mélanie Paziault fait partie des passionnés de longue date, ayant une approche plutôt raisonnée du mort-vivant. Elle est fondatrice de "Zombie World", un site sur lequel collabore une quinzaine de personnes.

"Nous venons de l’univers de l’horreur-fantastique qui, en France, constitue une communauté underground, avec ses évènements et ses festivals. Mais aujourd’hui, le zombie est devenu un phénomène de mode. Cela vient du fait qu’il englobe une bonne partie de nos peurs : la mort, le cannibalisme ou encore les épidémies."

Son site, au ton plutôt humoristique et principalement axé sur les aspects culturels, possède pourtant, lui aussi, une rubrique "Zombie Apocalypse". Mais, pour l’instant, aucun mouvement de panique n’a été signalé sur la France.

"Nous surveillons les faits-divers. Par curiosité, mais aussi parce qu’on se dit 'pourquoi pas ?' On sait que c'est improbable, mais pas impossible. Maintenant, il s’agit d’un scénario d’apocalypse parmi d’autres. Il faut le prendre comme tel. En résumé, on n’y croit pas vraiment. Mais, au cas où, on est prêts…"

Source : Le Nouvel Observateur

 

"Les zombies existent : j’ai vécu avec l’un d’eux !"

art-195869.jpg

Le prêtre molenbeekois, Pierre Behets, parle du zombie qu’il a connu en Haïti

(07/07/2012)

BRUXELLES Missionnaire en Haïti de 1977 à 2000, Pierre Behets, 66 ans aujourd’hui et prêtre de l’église molenbeekoise Saint-Charles Borromée (Unité Pastorale d’Emmaüs), s’insurge contre celles et ceux qui prétendent que les zombies n’existent pas ! “Les zombies existent. J’ai vécu avec un zombie – végétarien – dans le jardin de la propriété où j’habitais en Haïti. Cela a duré plusieurs mois” , assure d’ailleurs notre prêtre catholique !

Vous avez donc vraiment connu un zombie ?

“Ce type-là avait une quarantaine d’années. C’était un tailleur et il était un peu comme quelqu’un qui avait fait une thrombose. Il avait perdu une partie de l’usage de la parole et du raisonnement mais il était physiquement tout à fait en état. Il était épouvantable parce qu’il était obnubilé par la nourriture et il allait partout dans les jardins cueillir tous les fruits et légumes possibles et imaginables. Il ramenait ensuite tout ça dans notre jardin. Il m’avait même dérobé mes chaussures qu’on a retrouvées dans ses stocks de nourriture et il avait aussi flanqué de la terre dans le réservoir d’un véhicule. Il a fait des tas de choses, ce type-là.”

Il ne ressemblait donc pas aux zombies qu’on a coutume de voir au cinéma ?

“Pas du tout puisqu’un zombie, c’est un être humain comme les autres qui a été plongé dans un sommeil léthargique et réveillé le plus vite possible. Tout ça, c’est empirique : ça rate ou ça réussit. Ce n’est pas des affaires qui scientifiquement sont toujours bien déterminées. En Haïti, c’est vraiment l’expérience, mais l’expérience peut aussi mal tourner !”

Que s’est-il passé pour le zombie dont vous parlez ?

“À un moment donné, les gens en ont eu marre et ils lui ont coupé la tête avec une machette. Ils n’ont pas besoin de loi sur l’euthanasie là-bas ! On lui a coupé la tête et c’était réglé. Ce genre de personnages deviennent des personnes un peu difficile à gérer et restent des exceptions.”

La zombification, kesako ?

“C’est en général une punition. On punit quelqu’un en le zombifiant. Il n’y a que les sorciers qui ont les connaissances nécessaires qui sont capables de produire un zombie […] Ces types-là, ce n’étaient pas des doux. C’est leur conception de vie. Eux, ils décident si l’on va punir ou pas à la suite d’événements qui se sont passés […] Dans l’entre-deux-guerres, il y a d’ailleurs des médecins américains qui ont fait une étude pour savoir si c’était possible de transformer quelqu’un en zombie et ils ont trouvé la formule. C’est du sérieux, ce n’est pas de la rigolade.”

Doit-on avoir peur de se voir un jour zombifié ?

“Actuellement, c’est beaucoup plus difficile parce que d’abord on n’enterre plus le jour même. À cette époque-là, on enterrait le jour du décès. Quand on enterre le jour du décès, il faut vite le réveiller parce que le cerveau n’étant pas bien irrigué, on peut rester avec un handicapé […] En général, quand ça réussit bien, le sorcier en fait son domestique mais il faut que cela réussisse parce qu’il faut que le type écoute et réponde à ce qu’on lui demande […] Mais je ne sais pas si cela existe en Belgique, je ne sais pas s’il y a des sorciers qui sont capables de zombifier. D’abord, il faut se procurer la plante, le Datura stramonium, et cela ne pousse pas ici, ça pousse dans les Caraïbes !”

Vous approuvez ?

“Nous, on n’est pas d’accord avec ce principe-là. J’ai dit je ne sais combien de fois que ce n’était pas logique de travailler de cette manière-là. Mais eux, c’est leur façon de fonctionner. Le sorcier est une sorte de conseiller. Je vais me plaindre chez un sorcier d’un événement de la vie et le sorcier va rechercher, en posant des questions dans la famille, qui ne s’entend pas avec la personne qui le consulte. Il va persuader que c’est cette personne-là qui est peut-être responsable de l’événement et puis, ils vont l’attaquer […] Entretenir la peur procure évidemment un pouvoir et c’est le mode de fonctionnement d’un sorcier. C’est par la peur qu’on a un pouvoir mais les catholiques disent quand même le contraire : n’ayez par peur ! […] Quand on essaye de gérer les personnes en leur faisant peur : effectivement, on est les patrons et ça fonctionne comme ça ici aussi. Il y a moyen de faire peur avec ce qui se passe ici à Molenbeek. Il y a des tas de Belges qui n’osent pas se présenter dans le centre de Molenbeek parce qu’ils ont la trouille.”

Vous croyez donc au vaudou ?

“Le vaudou, ce n’est pas de la rigolade, c’est du très sérieux, ça produit beaucoup de dégâts […] Tous les prêtres catholiques sont en relation avec le vaudou, c’est inévitable […] Bien sûr qu’il y a aussi de la sorcellerie chez les catholiques mais je ne pratique pas.”

Les catholiques doivent donc reconnaître l’existence des zombies ?

“Évidemment, il faudrait être stupide pour ne pas le reconnaître. Tout le monde a vu au moins une fois dans sa vie un zombie quand on est en Haïti un petit peu longtemps. Mais c’est une affaire exceptionnelle parce que pour arriver à la conclusion de zombifier quelqu’un, il faut vraiment être méchant. On détruit la vie de quelqu’un.”

Source : Dhnet

Pour le cas de Miami, est-ce réellement le fait d'un début d'invasion de zombie ? Ou le prêtre qui prétant avoir vécu avec l'un d'eux ? Je ne pense pas qu'une invasion de zombie à la "Walking Dead" existe mais au jour d'aujourd'hui, qui sait que celà ne va pas se produire ? Le monde est en perpétuel changement et nous découvrons chaque jour de nouvelles choses, quelles soivent bonnes ou mauvaises, et un jour, se sera peut-être un virus qui ramènera les morts (en) vivants !

Le mythe du Triangle des Bermudes serait réel !

Des pyramides sous-marines géantes au fond du Triangle des Bermudes seraient la principale cause des disparitions durant les derniers siècles.

atlantis-pyramid.jpg

 Les formes pyramidales sont présentes dans chaques civilisations, architures comtemporaines, billets... enfin partout !

Ces étranges structures pyramidales, se situant à une profondeur de deux mille mètres, furent identifiées à l’aide d’un sonar par l’océanographe Dr. Meyer Verlag.

Grâce à certains dispositifs, des scientifiques ont permis de déterminer que les deux pyramides géantes serait composées d'une matière ressemblant à du verre épais, peut-être du cristal et dont chacune d’elles seraient trois fois plus grandes que la pyramide de Kheops en Egypte.

Le Dr. Meyer Verlag, accompagné d'une équipe de scientifique, ont fait la découverte de deux pyramides composées de "verre" en explorant les fonds sous-marins, un peu comme James Cameron pour le Titanic.

Le Dr Verlag estime, lors d'une conférence de presse tenus dans les Bahamas, qu'une enquête plus approfondie révélerait les secrets des pyramides. Elles pourraient nous apprendre de plus amples informations concernant leurs centres et la composition exacte des pyramides mais avant, elles permettraient d'expliquer les cas de disparitions mystérieuses liées au Triangle des Bermudes. Le scientifique a présenté un rapport complet lors de cette conférence, avec les coordonnées exactes des pyramides et a fait noter que la technologie à utiliser pour les examiner est encore inconnue à l'heure actuelle.

Mais que révelerais cette étude plus approfondie ? Pourrait-elle apporter des découvertes sur l'origine des civilisations disparues (comme l'Atlantide?) ? Qu'est-ce que ces étranges architectures sous marines nous apprendraient réellement (Extra-terrestre?) 

Ces pyramides, surnommées pyramides des Bermudes pourraient datées de 6000 à 12 000 ans, soit bien avant les pyramides d’Egypte.

Elles pourraient avoir été construites initialement sur la terre ferme, mais par la ensuite, avoir été englouties lors de mouvements de la croûte terrestre ou de séismes ou encore peut-être à l’occasion d’une inversion des pôles du champs magnétiques de la Terre.

Construit sur un terrain - Perdu au cours du dernier basculement des pôles?

Plusieurs savants occidentaux soutiennent que les pyramides, sur le fond marin, ont été baties directement sur le continent mais englouties après un séisme dévastateur qui a frappé et a changé complètement le paysage. D'autres scientifiques affirment que les pyramides appartenaient au peuple de l'Atlantide, cité mythique censée avoir accueilli dans le passé une civilisation très développée, peut-être extraterrestres, aujourd’hui disparue.

Ils ont traités toutes les données et ont conclu que la surface des pyramides étaient parfaitement lisse, certainement du cristal. La taille des pyramides sont près de trois fois la taille de la pyramide de Kheops en Egypte (139 m), soit une hauteur de plus de 420 mètres .

Lors d'une conférence en Floride, des scientifiques ont démontrés, grâce à des photos en trois dimensions et des données informatiques de haute résolution, que les pyramides sont parfaitement lisses, sans être recouvertes de débris, d'algues ou de fissures sur la surface.

Les pyramides pourraient confirmer les affirmations de certains ingénieurs. Les pyramides auraient été créés à l'origine comme sources d'énergie massives par l'ancienne cité disparue de l'Atlantide. Ces recherches permettraient de prouvé qu'elle aurait existée il y a des milliers d'années. Cependant, certains scientifiques restent septiques sur l'existence réelle des pyramides, des hypothèses avancées et renoncent pour le moment à enquêter sur l'origine et la création de ces structures. Elle auraient apportées des réponses concretes aux mystérieuses allées et venues qui ont été enregistrées depuis le 19e siècle dans la région de l'Atlantique, plus présicement surnommé le Triangle des Bermudes ainsi que les nombreuses disparitions.

Cette affaire n’est pas sans rappeler celle de la Pyramide de Cristal de Bimini (Bahamas), qui défraya la chronique dans les années 1970. Selon l'histoire, la pyramide a été découverte par hasard en 1968 par un médecin de la naturopathie, le Dr Ray Brown (mort en 1990) de Mesa, en Arizona.

Ray Brown était dans les Caraïbes, en vacances pour faire de la plongée avec des amis, dans une région au large des Bahamas.

Il fît sa découverte quand il aurait été séparé de ses amis pendant une plongée. Essayant de les rejoindre, il tomba nez à nez avec une structure massive, s'élèvant du fond de l'océan. Selon lui, un objet d'une silhouette noire reflétait les rayons du soleil. Etant donné les capacités d'une bouteille d'air, il ne passa pas beaucoup de temps à examiner ce qu'il venait de découvrir. Cependant, il n'a pas découvert une sphère de cristal étrange comme il disait mais bien une pyramide.

Certains adeptes de cette histoire invérifiée rapportent les difficultés à localiser cette pyramide aux récentes découvertes sur le Cristal de Calcite, qui aurait des vertus d’invisibilité pour l’oeil humain et non pas aux radars ou sonar.

Propriétés des pyramides en cristal

Certaines théories sur l'Atlantide proposent que les pyramides seraient faites de cristal, ou leurs sommets ont été coiffés d'une substance cristalline et qu'elles généraient de l'electricité.

Une telle chose pourrait générer, stocker et distribuer l'énergie sur la demande ? Oui.

Des ingénieurs ont découvert, il y a des décennies, que les pyramides ont tendance à agir en quelque sorte comme un condensateur électrique naturelle. Le cristal recueille et stocke l'énergie. Plus la pyramide est grande, plus la capacité de stockage de l'énergie est immense et pourrait augmenter considérablement sa puissance.

Le cristal a longtemps été connu pour ces propriétés piézoélectriques naturelles. Par exemple au début de la radio, les cristaux de germanium étaient utilisés pour capter les ondes radio et les convertir en signaux électriques afin de diffusés la musique et d'autres sons.

Le pouvoir de la pyramide, affirment les chercheurs, est intrinsèque à la forme pyramidale. Cette architecture a fait ses preuves. Elle permet de fonctionner comme un accumulateur d'énergie et/ou d'un amplificateur de force énergétique. Ce qui expliquerait alors les perturbations du champs magnétique de la Terre dans la zone du triangle des Bermudes.

Pyramides et l'effet de structure de cavité

Barry Carter affirme que les pyramides présentent une propriété appelé la "cavité effet structurel" (CSE), découvert par le Dr Viktor S. Grebennikov. Le scientifique, employé du CST, construit alors la première plate-forme anti-gravitationnelle.

Carter explique que Grebennikov pouvait sentir les énergies émettant depuis le sommet d'une pyramide : "Vous allez bientôt prendre une zone active, un «caillot», où les Egyptiens avaient leurs tombeaux. Une autre zone active (une "flamme") au-dessus du sommet de la pyramide est également bien perçue par l'indicateur si vous faites glisser sa fin sur le dessus. Le «caillot» et la «flamme» sont bien ressenties par le doigt introduit dans la pyramide, ou votre paume déplacé au-dessus après un peu de pratique". L'effet de la pyramide, qui a généré de nombreuses histoires effrayantes et mystérieux à travers les siècles, est l'une des manifestations du CST.

Un autre pyramides de phénomène meurtrier peut créer: un vortex d'énergie

Outre le temps et les anomalies spatiales rapportés dans le Triangle, certains survivants des incidents ont rapporté d'énormes tourbillons. Des Maelstrom (puissant tourbillon qui se forme dans la mer) qui apparaissent puis disparaissent.

Il existe des preuves que certains navires disparus ont peut-être disparu à cause de ce phénomène de maelstrom.

Certaines observations révèlent que les pyramides produisent sporadiquement d'intenses tourbillons. Ces tourbillons pourraient être causés par des décharges d'énergie interne.

Si ces pyramides submergées dégageraient de l'energie à travers leurs sommets, celà expliquerait alors la formation de tourbillons sur la surface de la mer qui engloutiré des navires entiers ainsi que leurs équipages et perturberé la navigation des avions et les feraient se crasher dans la mer.

A quand des expéditions scientifiques vers ces étranges et mystérieuses pyramides qui nous apprendraient beaucoup sur ces hypothèses et ce mythe. On découvrirait alors la vérité, si l'Atlantide a réellement existée et elles révéleraient biensûr, d'étonnante technologies anciennes voir extraterrestres.

Malheureusement, après quelques recherches, l'archéologie sous-marine coûte très cher et n'est pas financée, que par des groupes privés. La plupart des plongées comme recemment dans le Nil, sont les épaves antiques de jarres, amphores... qui promettent richesses à la prise pour les chasseurs de trésors. Egalement, les universités du monde ne sont pas particulièrement enchantées à l'idée d'explorer les ruines très anciennes, qui peut contenir de hautes technologies anciennes qui défient pratiquement tous les fondements et principes.

J'espère qu'un jour, on découvrira enfin le mystère du Triangle des Bermudes, les secrets que referment ces pyramides, si la cité de l'Atlantide a existée, si la technologie ancienne est humain ou extraterrestre, si elles sont en cristal commes les crânes Mayas ... Seul le temps nous le dira.

Source : A Truth Soldier

 

 

Le fossile d’un boa géant découvert en Colombie

titanoboa-2-thumb.jpg

Le reptile, qui vivait il y a 60 millions d'années, devait peser une tonne pour 13 mètres de long. Il se nourrissait de crocodiles.

Il ferait passer une couleuvre pour un petit verre de terre. Les mensurations du plus grand fossile de serpent, découvert le 04 février 2009 dans une mine de Colombie n'en finissent plus d'étonner. Long de près de 13 mètres, cette bête vivait il y a 60 millions d'années et pesait plus d'une tonne, selon les experts. «Il aurait facilement pu manger un animal de la taille d'une vache»,s'enthousiasme Jack Conrad, spécialiste des serpents au Muséum américain d'histoire naturelle à New York. Crocodiles et tortues figurait en tout cas sur la liste de ses proies habituelles. Un python d'Egypte détenait jusqu'ici le record de longueur, avec ses 10 mètres. Le plus lourd serpent jamais découvert pesait quant à lui 183kg.

titanoboa-alligator-1-thumb.jpgReconstitution du Boa se nourissant d'un crocodile.

Le fossile mis au jour en Colombie a été baptisée "Titanoboa cerrejonensis boa titanèsque de Cerrejon" du nom de la localité de Cerrejon où il a été découvert. La créature promenait ses 13 mètres de long (longueur d'un bus de transport en commun) sous les arbres des forêts tropicales, comptant parmi les endroits les plus chauds du globe. La taille d'un serpent est en effet liée à la chaleur de son environnement, explique une étude de Nature est consacrée à ce fossile. Cette découverte comporte donc «des implications potentiellement effrayantes par rapport à ce que nous sommes en train de faire au climat aujourd'hui», explique le paléontologue Jason Head, de l'université de Toronto Missisauga.

titanoboa-thumb.jpg

Ces monstres rampant vont-ils ainsi réapparaître avec le réchauffement climatique ? Non, répondent les scientifiques : «Nous n'aurons pas de serpents géants, car nous détruisons l'essentiel de leurs habitats avec le développement et la déforestation», souligne M.Head.

Source : Le Figaro

Les Dossiers #2

La Fin du Monde,

un jour, c'est sûr...

fin-du-monde-isps.pngImage réalisée par le ISPS.

Découvrez les 9 scénarios des scientifiques.

 

En cours de rédaction.

Au New Jersey, un couple attaque en justice leur propriétaire car leur maison serait hantée

couple-new-jersey.jpgAux Etats-Unis, Michele Callan et son fiancé Josue Chinchilla, installés début mars 2012 dans leur nouvelle maison de Toms River (New Jersey), ont demandé à leur propriétaire le remboursement de leur caution car ils estiment que leur domicile est hanté.

Selon la chaîne ABC News, des résidents du New Jersey ont vécu des phénomènes très étranges dans leur nouvelle demeure, à tel point qu'ils ont décidé de quitter les lieux et de porter plainte contre leur propriétaire !

Maison hantée ou arnaque ?

Michele Callan et son fiancé Josue Chinchilla déclarent avoir été témoins de phénomènes extraordinaires et inexpliqués depuis leur emménagement. Des portes qui s’ouvrent et se referment brutalement, des lampes qui clignotent, des objets qui tombent sans raison ou encore des bruits de pas inexpliqués dans la maison sont les raisons qui ont poussé le jeune couple, à bout, à quitter les lieux. Mais ils ne souhaitent pas en rester là. Ils réclament en effet à leur propriétaire la restitution de l’intégralité de leur caution, d’un montant de 2 250 dollars (soit 1 700 euros). Richard Lopez est également attaqué en justice pour "location de maison hantée". Seulement, celui-ci refuse de rétrocéder le montant au jeune couple, récuse ses accusations. Mieux, il a engagé lui aussi une procédure en justice à l’encontre de Michele Callan et Josue Chinchilla. L’avocat du propriétaire reconnaît rester sceptique quant à la motivation des locataires. Il a dans ce sens déclaré qu’ "il y a quelque chose d'autre derrière tout cela". Il pense que cette histoire n’est qu’une combine osée et montée de toute pièce : "Mme Callan est une mère célibataire qui vit avec son fiancé. Je pense qu’elle fait face à une situation trop dure pour elle et qu’elle est incapable de payer le loyer".

Une preuve vidéo des présences paranormales

Au tribunal, le couple à prévu de présenter une série de preuves qu’ils pensent irréfutables : des photographies et une vidéo des phénomènes dont ils sont régulièrement témoins. Ils affirment même avoir été en mesure d’enregistrer une voix fantomatique sur un enregistreur vocal. Sur la bande, il est possible d’entendre "qu’il brûle !" ("let it burn !"). La décision de la justice américaine devrait normalement être dévoilée à la fin du mois. Si le couple venait à obtenir gain de cause cela serait un véritable renversement juridique. En effet, les décisions des tribunaux ont la même valeur que la loi. Une maison hantée deviendrait donc illégale et d’autres personnes pourraient user de ce motif farfelu pour quitter leur domicile sans inconvénient.

Découvrez cette histoire en vidéo (en anglais) en cliquant ici.

Source : GENTSIDE

Michele Callan et son fiancé Josue Chinchilla, installés début mars dans leur nouvelle maison de Toms River (New Jersey), ont demandé à leur propriétaire le remboursement de leur caution car ils estiment que leur domicile est hanté. Selon la chaîne ABC News et la Vie Immo, des résidents du New Jersey ont vécu des phénomènes très étranges dans leur nouvelle demeure,à tel point qu'ils ont décidé de quitter les lieux et de porter plainte contre leur propriétaire.

En savoir plus: http://www.gentside.com/insolite/ils-attaquent-en-justice-leur-proprietaire-car-leur-maison-serait-hantee_art39343.html
Copyright © Gentside
Michele Callan et son fiancé Josue Chinchilla, installés début mars dans leur nouvelle maison de Toms River (New Jersey), ont demandé à leur propriétaire le remboursement de leur caution car ils estiment que leur domicile est hanté. Selon la chaîne ABC News et la Vie Immo, des résidents du New Jersey ont vécu des phénomènes très étranges dans leur nouvelle demeure,à tel point qu'ils ont décidé de quitter les lieux et de porter plainte contre leur propriétaire.

En savoir plus: http://www.gentside.com/insolite/ils-attaquent-en-justice-leur-proprietaire-car-leur-maison-serait-hantee_art39343.html
Copyright © Gentside

©Copyright2008-2014. "ISPS®" et "Find Work Production®". All Right Reserved. Tous droits réservés.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site